Viewing 1 post (of 1 total)
  • Author
    Posts
  • #3641
    Faustin
    Participant

    LA CARBONISATION DES ARBRES DU PARC NATIONAL DES VIRUNGA (PNVI) : SOURCE D’AUTOFINANCEMENT DES GROUPES ARMEES, SONT IMPACT DANS LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET PROPOSITION D’UNE ETUDE DE RECHERCHE COMME UNE SOLUTION DURABLE

    1. La Problématique de la déforestation des arbres du PNVi suite à carbonisation

    En effet, la ville de Goma (Est de la RDCongo), a une population de plus de 1 500 000 habitant et dont plus de 90 % est dépendante du charbon de bois. C’est ainsi que, pour diminuer la déforestation, beaucoup d’organisations tant nationales qu’internationales engagent beaucoup de moyen dans le reboisement en utilisant les eucalyptus. Cette approche présente deux conséquences négatives directes et une indirecte :
    a ) conséquences négatives directes
    • l’infertilité du sol
    Contrairement à d’autres arbres, les eucalyptuspoussent vite. Malheureusement,les eucalyptus rendent les sols infertiles et pourtant ces régions environnants du le PNVi sont à vocation agropastorale, et cela accentue encore le problème de pauvreté.
    • la mauvaise qualité la braise des eucalyptus
    La population de Goma n’apprécie pas la braise fabriquée en base des eucalyptus, car cette braise est légère et elle se consume vite sur le brasero. Au contraire la population préfère toujours la braise fabriquée à partir d’une espèce d’arbre (oleasp) provenant du Parc National des Virunga (PNVi), dont la carbonisation donne le charbon de meilleure qualité. Selon une enquête que nous avions mené en 2015 nous avons trouvé que plus de 13 800 sacs des braises sont consommées chaque mois dans la ville de Goma, ce qui correspond à l’abattage de 55 200 arbres par ans ou encore 153 arbres par jour et dont malheureusement la grande proviennent du PNVi.

    b) négatives indirectes : source de financement des groupes armés dans le PNVi
    La carbonisation de charbon de bois du PNVi est devenue une source de financement des groupes armés dans le PNVi, car un sac de braise à partie des arbres du PNVi coûtent 30 dollars.
    2. Proposition
    C’est pourquoi, nous pensons qu’il serait mieux de faire une étude de recherche avec cette espèce d’arbre oleasp, afin de la faire pousser et la disponibilité au niveau de la population pour le repiquage. Si la recherche réussie, cela protégera les arbres du PNVi et découragera les groupes armées par manque des marchés
    Nyebone Faustin
    Directeur Exécutif National AICED/ RDCongo/Goma et Point focal de la Plateforme ANYL4PSD/ND4NP Coalition en RDCongo
    mail: nyebonefaustin@gmail.com
    aicedrdc@gmail.com
    page facebook: Aiced Asbl

Viewing 1 post (of 1 total)
  • You must be logged in to reply to this topic.
en_GB