Viewing 1 post (of 1 total)
  • Author
    Posts
  • #3662
    Faustin
    Participant

    Contribution à l’évaluation des menaces qui pèsent sur les primates dans les forêts communautaires de Walikale et aires protégées environnantes : causes et impact socio environnemental et proposition des voies sorties

    1. Résultats de l’étude

    Notre étude a permis de comprendre que, qu’il y a une pression sur les espèces des primates car en moyenne, dans les 3 groupements qui font l’objet de notre étude, 30 cercopithèques ou 20 chimpanzés et un gorille sont abattu par jours. Car nous avions seulement travaillé t sur 3 groupement seulement et pourtant le territoire de Walikale compte 15 territoire.
    Cela prouve que, les espèces protégées notamment le chimpanzé à face claire ( Pan troglodytes) et les chimpanzés à face noir( Pan Paniscus) et le gorille sont surexploités et surtout que les chasseurs utilisent les armes à feu, la chasse aux pièges, une méthode traditionnelle a presque disparu. Cela prouve que, la chasse est pratiquée pour des fins des commerciales et alimentaire.

    En outre, notre étude a permis de connaitre les autres parties prenantes qui sont impliqués dans l’abattage de primates notamment les rebelles (nationaux et étrangers) et les braconniers. Ces hommes utilisent les armes plus destructrices pour la chasse de primates et la chasse de primates devient une source de financement non négligeable pour les rebelles.

    Nous sommes parvenus à comprendre la raison pour laquelle les chasseurs ne respectent pas la période de chasse suite au manque de sources des protéines de substitutions.

    Suite à l’insuffisance dans la loi sur la chasse, le service vétérinaire ne contrôle pas la viande de brousse, cela fait qu’il n’ ya pas une étape importante pour vérifier si la viande de brousse est une espèce protégée ou non et cela prédispose au risque du COVID-19 et de la MVE. Ce même service ne contrôle pas le permis de légitime détention au près de détenteur des animaux sauvages. Cette faiblesse n’arrête pas la menace sur les primates
    2. Propositions des voies de sorties pour diminuer les menaces sur les primates
    Enfin, selon nos enquêtes sur terrain, il y a plusieurs causes majeures qui sont à la base de l’abattage des primates notamment :
    1) Pillage des batailles
    2) Faiblesse dans l’application du calendrier de chasse,
    3) La collaboration entre les chasseurs et groupes armés
    4) L’explosion démographique et les mouvements des populations,
    5) L’exploitation minière,
    Sans minimiser les autres causes, nous pensons que, si la communauté en général et les chasseurs en particulier pratiquaient l’élevage et l’aquaculture, la demande en protéine animale va diminuer, les chasseurs vont respecter la période de chasse parce qu’ils auraient une source de protéines de substitution. Afin d’avoir l’engagement et la cohésion communautaire, il faudrait que ça soit l’élevage communautaire et rotatif la collaboration. Cette approche va affaiblir la collaboration entre les chasseurs et les groupes armées.
    Ces actions devraient être couplées par le plaidoyer pour l’application de la loi sur la chasse et les renforcements de cette disposition tout en renforçant les capacités des agents du service de l’environnement pour l’identification des espèces à partir de la viande boucané.
    En travaillant sur ces deux piliers, la pression sur les primates va diminuer et par ricochet on va lutter contre le COVID-19 une maladie, comme l’a souligné le secrétaire Général de l’ONU, qui « repend la souffrance humaine, infecte l’économie mondiale et bouleverse la vie des gens »
    Nyebone Faustin
    Directeur Exécutif National AICED/ RDCongo/Goma et Point Focal de la Plateforme ANYL4PSD en RDCongo
    tel : + 243 997 700 920
    mail: nyebonefaustin@gmail.com
    aicedrdc@gmail.com
    page facebook: Aiced Asbl

Viewing 1 post (of 1 total)
  • You must be logged in to reply to this topic.
en_GB