Viewing 1 post (of 1 total)
  • Author
    Posts
  • #3751
    Faustin
    Participant

    la non application des recommandations des missions de l’UNESCO/UICN au PNVi , une des causes de la destruction de ce site du Patrimoine Mondiale de l’UNESCO

    .En effet, le Parc National des Virunga (PNVi), site du Patrimoine Mondiale de l’UNESCO est victime de la destruction méchante il y a presque deux décennies et dont les causes et les responsabilités sont partagées et dans ce dossier ; nous allons nous intéresser aux responsabilités de l’UNESCO.
    Sans conteste, L’UNESCO est ses partenaires fournissent des efforts digne d’éloge pour protéger ce bien du Patrimoine. C’est dans ce cadre que , l’UNESCO et l’UICN ont organisé plusieurs missions au PNVi en RDCongo, tout en donnant des recommandations afin de sauver ce site et dont malheureusement ces recommandations ne sont pas appliquées.
    La non application des ces recommandations a des conséquences sérieuses sur le PNVi, car la conclusion de la deuxième mission du 11 – 21 Août 2007 au PNVi dit ce qui suit « ceci pourrait conduire à des impacts irréversibles sur le site poussant à un retrait du bien de la liste du Patrimoine mondial : seules des mesures rapides et efficaces peuvent éviter cette grave situation »

    I. Analyse du niveau de l’application des recommandations des missions UNESCO/UICN au PNVi

    1.1. Lutte contre la pauvreté dans et autours du PNVi
    – La recommandation de la mission de l’UNESCO/UICN au PNVi du 11-21 aout 2007
    La conclusion de la deuxième la mission l’UNESCO/UICN au PNVi du 11-21 aout 2007 avait dit explicitement que « la pauvreté pousse à l’envahissement des terres du parc, à la carbonisation et à la pêche illicite, et […] les programmes à développer en priorité ne sont pas scientifiques, elles sont socioéconomiques […], la réponse est urgente en liaisons avec la vitesse de dégradation à la fois, des mentalités et des valeurs naturelles du parc »
    – Niveau d’application sur terrain
    Cela est aussi vrai dans les milieux riverains du Lac Edouard. Selon nos enquêtes auprès des associations des mamans fumeuses des poissons de Vitshumbi (UFEPIDP et UWAZE), il ya en moyenne capture de 3800 poissons par jours. Ce qui donne une moyenne de presque 0,14 $ comme revenu journaliers par personne. Cela en dessous du seul de la pauvreté.
    Le nombre des générations augmentent dans une aire protégée alors que le revenu des familles deviennent des en plus faible, c’est une bombe à retardement.

    1.2. Promotion de l’agriculture
    – La recommandation des missions de l’ UNESCO/UICN au PNVi
    • Mission du 11-21 aout 2007
    Cette mission avait encouragé des développer des actions riveraines notamment, l’amélioration de la production agricole par l’initiation à l’agro-forestières,
    • Mission du 23 au 28 avril 2018
    Cette mission avait recommandé l’agriculture durable dans le milieu riverain du PNVi,
    – Niveau d’application sur terrain
    Dans le territoire de Nyiragongo, riverain du PNVi et dont 49 % du territoire est occupé par les communautés et 51 par le parc, l’agroforesterie et l’agriculture durable n’ont jamais commencées. Suite aux changements climatiques avec comme conséquences les inondations, glissement des terres, érosions, cela pousse les communautés à faire recourt à l’usage à des engrains chimiques .Cet usage abusif des engrais chimiques appauvrissent les sols à Kibumba. Selon nos dernières enquêtes même les engrains chimiques n’arrivent plus à assurer la production. Car, selon les agriculteurs de Kibumba, pour un champ dans lequel on a utilisé 15 kg d’engrais chimiques, après 6 récoltes, les 15 kg d’engrais chimiques deviennent insuffisant, il faut utiliser 20 kg et ainsi de suite. Cette situation est une bombe à retardement, car elle pousser les commutés à pression sur le PNVi à la recherche de terres arables et surtout le PNVi et dont 49 % du territoire est occupé par les communautés et 51 par le parc, une autre bombe à retardement.
    D’autres part, comme, Kibumba est riverains du PNVi, ces eaux de ruissellement, chargé d’engrains chimiques sont entrainé dans les étangs d’eau du PNVi, lieu d’abreuvoir de la faune sauvage, avec risque polluer les écosystèmes du PNVi et modifier la physiologie de la faune et sans oublier que dans cette partie, il y a les gorilles. Une autre bombe à retardement.

    1.3. Eau, hygiène et assainissement
    – Recommandation de la recommandation de Mission l’UNESCO/UICN au PNVi du 11-21 aout 2007
    Parmi les actions riveraines recommandé par cette mission dans le domaine de l’eau, hygiène et assainissement, il ya amélioration des conditions sanitaires et cela à moyen et à long terme.
    – Niveau d’application sur terrain
    La population de Kibumba, par manque de sources d’eau potable, elle utilise les eaux de ruissellement des pluies comme eau de boisson et cela sans aucun traitement physicochimique, ce qui est insolite au 21ièmee siècle. Les engrains chimiques déjà en usage abusif vont se retrouver dans ces eaux de ruissellement que prend cette communauté avec toutes les conséquences sanitaires.

    1.4. Le climat de confiance entre les gestionnaires du parc et les communautés riveraines
    – Recommandation des mission de l’UNESCO/UICN au PNVi
    • Mission du 6 au 20 mars 2006 au PNVi
    Cette mission avait recommandé à l’ICCN l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de partage, avec les communautés locales, des bénéfices du tourisme de vision et en particulier de ceux que génère le tourisme de gorilles. Cela ne ferait qu’améliorer les rapports entre l’ICCN et les communautés locales concernées.
    • Mission du 11-21 aout 2007
    Cette mission avait recommandé de poursuivre et renforcer la sensibilisation des populations locales en ce terme : Il est impératif de collaborer avec les populations locales pour s’assurer qu’elles bénéficient réellement des retombées de l’écotourisme et pour renforcer leurs relations avec le PNVi. Ceci devrait contribuer d’une manière tangible à assurer que les populations locales ne se sentent pas exclues de la politique de conservation du parc et qu’elles prennent conscience de tout l’intérêt économique qu’elles pourraient tirer de l’exploitation touristique durable de la valeur universelle exceptionnelle que leur offre ce bien du patrimoine mondial. Ce sont les populations locales qui pourront par la suite influencer les autorités politiques et administratives pour qu’elles appuient les initiatives en faveur de la conservation
    – Application sur terrain
    Pour le moment, il n’y a pas un bon climat, entre le gestionnaire du parc et les communautés riveraines du Lac Edouard. Dés le début la population de Vtshumbi défendait le tourisme, c’est pourquoi, elle s’est opposée à l’exploitation du pétrole dans le lac Edouard et cela malgré l’influence parfois des politiques. Selon nos enquêtes sur terrain, cette population s’attendait en retour à bénéficier des retombés du tourisme. Malheureusement cette population, non seulement, elle ne bénéficie pas de ces retombés, poursuivent les témoignages des enquêtés, mais elle se sent trahit par l’ICCN qui cherche à les déloger des pêcheries. Cette méfiance, a commencé à se transformé à un conflit être ouvert. En titre illustratif, nous citerons le cas de la manifestation de la population de Vitshumbi du 28/11/2018 qui s’est soldé par la destruction du bureau de la COPEVI, des écogardes et des maisons des certaines personnes supposé collaborer avec l’ICCN et qui s’est soldé par la mort d’hommes dont deux civils et un écogarde et dont nous déplorons ces vies humaines.

    II. Recommandation
    Eu égard à ce qui précède nous recommandant à l’UNESCO et l’UICN ce qui suit :

    Sur le plan juridique
    A coté des recommandations qui sanctionnent la fin des missions, prévoir des mesures contraignantes en cas du non applications des recommandations.

    Sur le plan socioéconomique
    • De concevoir les mécanismes de suivi de recommandations sur le plan socioéconomique en créant une commission dans laquelle les communautés seront représentées qui pourra chaque fois évaluer les niveaux d’application, les avancés et les contraintes, car à quoi bon de multiplier les missions sans suivit,
    • A propos du Lac Edouard, concevoir le mécanisme de source de protéine de substitution pour les communautés riveraines du Lac Edouard afin de permettre d’observer les périodes des repos.
    Sur le plan sécuritaire
    • Vu que ce sont les groupes armés détruisent le PNVi, et que les casques bleus de la MONUSCO appuient seulement le FARDC et les écogardes ne sont pas appuyé, que l’UNESCO fasse faire un plaidoyer au près du conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il y ait la création des casques écogardes, qui pourront être envoyé en appui aux écogardes dans le monde là où le bien du patrimoine serait détruit par les groupes armés.
    • A l’instar de monsieur Ahmed al Faki al Mahdi, un ancien combattant islamiste malien, qui était jugé à la Cour pénale internationale pour son crime suite à sa participation à la destruction de mausolées à Tombouctou au Mali, que l’UNESCO fasse un plaidoyer internationales pour que les destructions des écosystèmes du PNVi, soient classé parmi les crimes de guère, surtout que droits environnementaux font partie font partie des droits collectif, de solidarité .

    Par Nyebone Faustin
    Directeur Exécutif National AICED et Point focal de la plate forme ANYL4PSD en RDCongo
    Tel : + 243 997 700 920
    Mail: nyebonefaustin@gmail.com
    aicedrdc@gmail.com
    Page facebook: Aiced Asbl

Viewing 1 post (of 1 total)
  • You must be logged in to reply to this topic.
en_GB