Impacts of human activities on the elephant population in Mbam and Djerem National Park

Author: NANFACK Arsel D’Estaing

ABSTRACT
In the aim of contributing to the sustainable management and conservation program of the Mbam and Djerem National Park, located in the ecotone zone in 3 regions of Cameroon which include; Adamawa, Centre and East, a study carried out on the impact of human activities on elephants population in this park between the month of July to November 2015 permitted us to estimate the relative abundance of elephants as well as anthropic activities and also to determine the different habitat types, their feeding habits and at last an inquiry on the human-elephant conflict in the parks periphery.
Data was collected following the guided reccess method; A sum of six reccess of 10 km each permitted to determine the relative abundance; the search methods of dunks permitted to determine the diet of elephants and according to the descriptive methods, questionnaires were administered in 140 households in villages surrounding the park.
Results obtained show a meeting rate of 4.42 indices/km, 95 % CI for elephants and 0.35 activities /km for anthropogenic activities. It is shown that elephants are present in gallery forests, young colony forests, monodominante forests, swamps and savanna’s; but the young colonial forests is the most attended by elephant with a ratio of 2.4 (r≥2). Species mostly consumed by elephants in the course of the study are the following fruits; Landolphia congensis, Myrianthus arboreus and Terminalia glaucescens also. The fruits constitue the main diet of elephants. Poaching of this specie in the park represents about 16.4 %, the conflict humam-elephant represents 1.8 %.

Keywords: Elephants, Mbam and Djerem National Park, Conservation, Human-Elephant interaction.

RESUME
Dans le but de contribuer au programme de conservation et de gestion durable du Parc National du Mbam et Djerem, situé en zone écotone sur trois régions du Cameroun à savoir l’Adamaoua, le Centre et l’Est, une étude a été menée avec pour objectif principal d’évaluer l’impact des activités humaines sur la population des éléphants dans ce parc entre le mois de juillet et novembre 2015.
Les données ont été recueillies suivant la méthode de recces guidés, au total six recces de 10 km chacun ont permis de déterminer les abondances relatives ; la méthode des fouilles des crottes a permis de déterminer le régime alimentaire des éléphants et selon l’approche descriptive, des questionnaires ont été administrés auprès de 140 ménages dans les villages périphériques du parc.
Les résultats obtenus montrent un taux de rencontre de 4,42 indice/km, 95 % Intervalle de Confiance pour les éléphants et un taux de 0,35 activité/km pour les activités anthropiques. Il ressort que les éléphants fréquentent les forêts galerie, forêts de colonisation jeunes, forêts monodominante, marécages et la savane. Mais la forêt de colonisation jeune est la plus fréquentée par les éléphants avec un ratio de 2,4 (r≥2). Les espèces les plus consommées par les éléphants au cours de l’étude sont les fruits de Landolphia congensis, Myrianthus arboreus et Terminalia glaucescens. Ainsi les fruits constituent la majeure partie du régime alimentaire des éléphants. Le braconnage de cette espèce dans le parc représente près de 16,4 %, le conflit Homme-éléphant quant à lui représente 1,8 %.

Mots clés : Eléphant, Parc National du Mbam et Djerem, Conservation, Conflit Homme-Eléphant.

Download Full Version (PDF)